Votre compte vous permet de :
  • Gérer vos informations personnelles
  • Suivre vos commandes
  • Bénéficier de promotions
Pas encore de compte ?
créer votre compte
J'ai déjà un compte
  Mot de passe oublié
Mot de passe oublié
Valider
La tradition bouchère par excellence !
Choisir ma boucherie
 
Mon compte
00.00€

Les sportifs n’ont pas les mêmes besoins nutritionels que les sédentaires.

Ils ont besoin de plus de protéines et de fer...
 
Les besoins nutritionnels
 
Les protéines
 
Les protéines participent au renouvellement quotidien de la peau, des ongles, des cheveux et des tissus musculaires ; à la défense de l’organisme contre les maladies et à son fonctionnement.
Elles sont indispensables au bon fonctionnement de notre corps puisqu’elles ont des rôles vitaux :
 
  • Elles permettent la synthèse de nouvelles cellules. 
  • Elles agissent sur la fabrication des anticorps (système immunitaire). 
  • Elles permettent le transport de l’oxygène.
 
Les protéines d'origine animale apportent naturellement la totalité des acides aminés indispensables et en bonne proportion.
 
 
Le fer
 
Les sportifs ont des besoins en fer supérieurs à ceux des sédentaires.

Il y a plusieurs raisons à cette inflation qu'on estime aujourd'hui entre 16 et 20 mg par jour chez les sportifs d'endurance :
 
  • Le fer est moins bien assimilé chez les sportifs en raison d'une accélération de transit intestinal ainsi que des saignements gastrique plus important liés à la désertification de l'irrigation sanguine des intestins durant l'effort. En effet au cours de l'effort, les masses sanguines désertent les intestins pour irriguer les muscles, laissant libre cours à des perturbations digestives et intestinales.
 
  • L'augmentation du débit sanguin pendant l'effort engendre des ondes de chocs qui détruisent les globules rouges bien avant leur fin de vie. Ces globules sont détruits en dehors du circuit normal de recyclage provoquant ainsi une mauvaise récupération des molécules de fer qui sont éliminées dans les urines.
 
Certains sports provoquent la destruction des globules rouges, comme par exemple, la course.
Le pied, percutant le sol, envoie des ondes dans le corps qui détruisent les globules rouges (courir, ça s'apprend !) .
 
Pour une meilleure assimilation du fer
 
Les apports en fer doivent donc être augmentés dans l'alimentation. Le sportif qui sera en phase de prise de masse, devra doubler ses apports. Quant au sportif en phase d'entretien musculaire, il doit porter ses apports entre 1 g/kg/j à 1,5g/kg/j.
 
Pour une assimilation plus facile, le fer contenu dans votre assiette doit se trouver à l'état héminique.
Il s'agit, en fait, du fer contenu dans les viandes et poissons. A l'inverse, le fer non héminique contenu dans les végétaux est mal absorbé.
 
Les sportifs d'endurance ont souvent des apports importants en fer d'origine végétale mais il n'est absorbé qu'à 5 % contre 15 à 20 % pour le fer d'origine animale.
Le fer d'origine végétale fausse l'évaluation des apports en fer : Une petite quantité de viande correspond à une grande quantité de légumes. 
Il faut retenir que le fer contenu dans les viandes est beaucoup plus pertinent pour lutter contre les carences en fer.
Erreur d’accès
ici bas
Votre magasin
ici bas
Prépapration de votre viande
ici bas
Info
DANS VOTRE BOUCHERIE
de
ici bas